parcors,dakars,2020

Le Dakar 2020 un retour aux sources

Le départ sera donné le 5 janvier à Djedda (sur la côte ouest de l’Arabie saoudite) avec une philosophie renouvelée. Pour la 42ème édition du rallye, la première au Moyen-Orient, totalisera 7 856 km dont 75% dans le sable.

Par rapport aux 541 participants  (334 véhicules) de la dernière édition sud-américaine en janvier dernier, la liste provisoire des inscrits a enregistré un total de 347 véhicules (3,89% de plus) et 572 participants ( 5,42% de plus enregistrés ). Parmi eux se trouvent 69 Espagnols, avec Fernando Alonso , Carlos Sainz , Nani Roma, Joan Barreda et Laia Sanz en tête. Douze femmes, dont l’Espagnole Sanz, Sara García, Cristina Gutiérrez et Mónica Plaza, se lanceront dans l’aventure. 

David Castera déclare :

"C'est très différent pour tout le monde. Cela va un peu changer la façon de penser de tous car nous sommes très habitués à l’Amérique du Sud et nous arrivons dans un tout nouveau pays, avec un désert très différent qui va exiger une autre façon de conduire, de travailler. Il y aura beaucoup plus de navigation, plus de désert, plus de hors-piste, beaucoup de paysages différents… tout est très différent. Il est vrai qu’ils redoutent un peu tout ce qui va se passer, mais je pense qu’ils vont découvrir un pays avec un désert incroyable, avec de très beaux paysages. Le succès est que tout sera nouveau pour tout le monde."

Le rallye comportera six premières étapes sur le chemin de Riyad, qui seront marquées par des pistes rapides, des cols de montagne, des canyons et des dunes. Après la journée de repos, le 11 janvier, la deuxième semaine débutera avec six autres étapes au cours desquelles la course entrera dans le grand désert de Rub al-Jali (600 000 km 2 ). 

David Castera explique :

"Le terrain sera très différent d'une semaine à l'autre. La première semaine, il y a plus de pistes, de navigation, un peu de montagne, des cailloux. Il y a du sable, mais il y a peu de dunes. C'est une navigation plus compliquée, ce sera la plus grosse difficulté. Dans la seconde partie, nous serons dans les dunes  la difficulté augmentera petit à petit .

 

Lors de cette édition les concurrents parcourront 7 856 kilomètres, dont 5 097 chronométrés , soit 64,88% . C’est l’une des principales nouveautés du rallye, puisque dans les dernières éditions sud-américaines, les liaisons kilométriques et celles de la compétition étaient d’environ 50%. Cinq des 12 spéciales dépasseront 450 km.

David Castera, directeur du Dakar depuis mars dernier en remplacement d’Etienne Lavigne, a voulu imposer sa marque avec cette nouvelle étape, tentant de réduire les avantages des structures professionnelles sur les amateurs et augmentant les exigences de la navigation. Ainsi, il présentera une nouveauté avec le road-book, coloré suivant les dangers, cette nouveauté a été testé lors du Rallye du Maroc en octobre

Les motos et les quads auront une difficulté à surmonter dans la deuxième étape avec  le Super Marathon. Une fois qu’ils atteignent la ligne d’arrivée à Neom, ils n’ont plus que 10 minutes pour l'assistance avant de pénétrer dans un parc fermé (sans assistance extérieure). Les étapes 10 (608 km) et 11 (744), entre Haradh et Shubaytah à l'est du pays et près des Émirats arabes constitueront le marathon  classique (sans aides) pour tous les participants. 

Un autre des points clés à prendre en compte sera la température . En janvier, en Arabie saoudite, c’est l’hiver et les hauts sommets de l’Amérique du Sud autour de 40ºC cèdent la place à des sommets avoisinant les 30ºC et des minima aux alentours de 5ºC la nuit. De plus, les heures de clarté seront moins nombreuses et le nombre de concurrents atteignant le bivouac tard dans la nuit sera plus important que souhaité (le soleil se lèvera à 6h30 et se couchera à 17h00).

David Castera nous dit :

"Oui, la course va beaucoup changer. Il va faire froid la nuit, après être monté à 30ºC le jour. Le temps va changer, sans doute. Ce qui m'inquiète de plus, c'est que les jours sont beaucoup plus courts et il y aura beaucoup de pilotes en compétition de nuit et cela va changer les choses. Au début, il y avait plus de kilomètres chronométrés, mais j'ai un peu coupé parce que la nuit tombe trop tôt en Arabie saoudite à cette période de l'année et que nous avions peur que de nombreux concurrents arrivent trop tard. Nous avons vu que nous avons commencé un peu fort."

Le 1er Dakar en Arabie Saoudite change beaucoup de paramètres. ASO est revenu aux racines du Dakar. 

Le tour de l'Arabie Saoudite

Le 30ème pays d’accueil du Dakar offre des espaces grandioses et variés permettant de construire un parcours complet.

Une même diversité se retrouve dans les trois villes qui marqueront les phases décisives du rallye. Alors que Djeddah symbolise l’ancrage du pays dans son histoire, la capitale Riyad évoque la puissance d’un royaume résolument tourné vers l’avenir, comme le montre le projet Al Qiddiya.

Repos - Riyadh

Journée de repos

Les grands vergers qui ont donné son nom à la ville au XVIIIe siècle (jardins en arabe) ont pour l’essentiel laissé place à un tissu urbain qui s’étend sur plus de 1 500 km2 (vs 105 km2 pour Paris, 203 km2 pour Buenos Aires) et accueillant plus de six millions d’habitants. La poussée démographique constatée dans la capitale depuis les années soixante-dix s’est accompagnée de la construction de plusieurs gratte-ciels grandioses à l’architecture novatrice, comme la Tour Al Faisaliah (267 m), le Kingdom Center (302 m) ou le Burj Rafal (307 m).

Départ - Jeddah

2 au 5 janvier : vérifications et départ

Avec 3,5 millions d’habitants, la deuxième ville du pays en est aussi son centre économique grâce à son port de commerce établi sur la mer Rouge depuis le VIIe siècle. Exceptionnellement, la porte d’entrée vers les lieux saints de La Mecque et de Médine sera surtout le tremplin des pilotes et équipages du Dakar. Le jet d’eau du Roi Fahd qui propulse son jeyser à 375 km/h, comme la Jeddah Tower qui devra atteindre prochainement la hauteur de 1 001 m, donneront des idées de grandeur et de performance aux concurrents.

Arrivée - Al Qiddiya

17 janvier : arrivée et podium final

Le Dakar sera le premier événement sportif de classe mondiale accueilli à Al Qiddiya, une ville dont la construction a débuté en 2018 et tournée vers les divertissements et la culture. À une quarantaine de kilomètres de Riyadh, le vaste complexe proposera notamment un parc d’attractions et de loisirs, des infrastructures sportives de premier plan et des centres artistiques multi-disciplinaires. L’ouverture au public est prévue pour 2022.

© 2019 by Open WorldWide - Tous droits réservés/todos los derechos reservados

Tout sur le Rallye raid
Photo Mag Merzouga.jpg
BF Goodrich