jean marc fortin,dakar rally,africa race,overdrive,toyota,www.rallyeraidpassion.com
avenir,rallye raid,dakar rally,www;rallyeraidpassion.com

Avant le départ au Dakar, Jean Marc Fortin le boss du team Overdrive/Toyota a fait une conférence de presse musclée, devant les médias Belges dont Le Soir. Avec son franc parlé habituel voici son point de vue sur le rallye raid dans le texte :
 

"J’ai fait le tour, c’est bon. Mon équipe était déjà dans des mains autrichiennes depuis 2014 à hauteur de 51 %, et mes parts sont en cours de cession. Trois ou quatre candidats au rachat se sont déjà annoncés. C’est normal, la boîte fait du profit depuis quelques années, le contrat avec Toyota court encore sur deux ans, notre carnet de commande est déjà bien rempli pour les mois prochains, bref ça tourne."

Pourquoi arrête t'il ?

Parce que je trouve qu’aborder le carrefour du demi-siècle est un super moment pour donner une nouvelle orientation à ma vie, et que je préfère arrêter avant d’être aigri, tout en admettant que les dernières évolutions de la discipline ou plutôt son manque de perspectives actuelle m’ont aidé à prendre cette décision. Pour être complet, cela s’accompagne par le lancement d’un nouveau projet qui n’est pas moins passionnant. Bref, le sport automobile reste ma passion, mais je suis lassé de la situation dans laquelle se trouve le rallye-raid.

Que pense t'il du Dakar 2019 ?

Il en est plutôt une désespérante démonstration ! Cette année, on va avoir deux fois 5 jours de course, avec des gars qui, s’ils ont abandonné en première semaine, pourront reprendre le train la semaine suivante ! Ce sera un Dakar “Jacques Martin”, où tout le monde finira bien par gagner quelque chose ! Je me souviens de mes premiers Dakar, en 2005-2006, quand Etienne Lavigne accueillait les concurrents avec la voix grave : “Ici, c’est le Dakar ! Le premier qui loupe 3 way-points, il rentre à la maison”. Aujourd’hui, on est loin de ça…

Le Dakar la référence ?

C’est vrai. Et je dois même avouer qu’ils ont pas mal d’engagés. Moins de camions, mais plus de SSV, ces mini-buggys qui ont l’avantage de ne pas être trop chers à l’usage. Mais soyons de bon compte, le Dakar reste effectivement le phare de la discipline. Mais ses organisateurs sont en train de duper les gens en organisant une épreuve sur dix jours tout en demandant le même prix qu’avant ! C’est précisément un premier problème, on est arrivé au bout du modèle économique de l’épreuve qui a bien fonctionné pendant dix ans en Amérique du Sud. Mais aujourd’hui les villes ne veulent plus débourser des sommes folles pour accueillir le Dakar. Il faut donc se renouveler.

Comment voit il l'évolution du Dakar ?

En changeant de continent, ou alors en redonnant du souffle à l’épreuve. Ici, on tourne en rond, les églises ont les connaît toutes. On va faire trois bivouacs différents sur tout le rallye ! Les mêmes à l’aller, et au retour. Bien sûr, en restant ici, ASO sait qu’il y a de la clientèle  c’est donc presque une solution de facilité. Mais si la popularité de l’épreuve reste bonne là-bas, c’est nettement moins le cas en Europe. Ils devraient faire preuve d’audace. Regardez le Silk Way Rally cette année, il partira des bords du lac Baikal en Russie, avant de rejoindre Oulan Bator en Mongolie, puis de descendre en Chine, ça a de la gueule, non ? Et ses promoteurs annoncent le retour de Paris-Pékin en 2020 !

Voit il un retour en Afrique ?

Je ne crois pas qu’il serait intéressant pour le Dakar de revenir en Mauritanie, en effet. Mais j’entends qu’ils prospectent de nouvelles voies en Afrique du Sud notamment.

Que pense t'il de l’Africa Race ?

Mais on est au cœur du problème. Vous pensez bien que Jean-Louis Schlesser qui est à la barre de l’épreuve ne va jamais céder sa place au Dakar. C’est pire que ça, ASO ne va jamais lui en parler. En fait, c’est ça le vrai hiatus la discipline est entre les mains de 3 ou 4 cadors qui ont pour la plupart commencé leur histoire au Dakar avant de le quitter pour créer un truc “anti-Dakar”. Ils ont un ego surdimensionné et ils ne sont pas prêts à la moindre concession. Pire ils sont plus occupés à adapter leurs épreuves en cherchant à nuire le plus possible à leurs concurrents plutôt qu’avec le dessein de la rendre plus belle ou plus attrayante. C’est tout cela qui a fini par m’user.

Et la FIA ?

Eh bien parlons-en ! La discipline a besoin d’un vrai patron, et à la FIA personne n’est actuellement capable de siffler la fin de la récré ou de rationaliser les choses. Un exemple ? La première épreuve 2019 est inscrite au 19 février, alors que toutes les voitures du Dakar seront encore sur le bateau ! Et il ne faut pas oublier que le Dakar, qui fait bande à part, a aussi son propre règlement technique qu’il accommode au gré des concurrents potentiels qu’il va pouvoir attirer. Du coup, c’est celui qui crie le plus fort qui finit par gagner. C’est bien simple cette année, comme toutes les autres années, j’aurais dû commencer mon lobbying en juin afin d’obtenir la meilleure configuration technique pour mes Toyota. Eh bien pour la première fois, je n’y suis même pas allé ! Et du coup nos voitures ont perdu 1mm à la bride d’admission, et donc une quarantaine de chevaux. On fera sans…

Peut encore parler d’aventure ?

C’est vrai qu’on a perdu cette dimension en partant en Amérique du Sud. Mais on y avait gagné en popularité. Le premier podium de départ, en 2009, autour duquel s’était réuni un million de personnes à Buenos Aires, reste quand même dans toutes les mémoires ! On n’avait pas ça en Afrique, bien au contraire. Mais cela tend aussi à diminuer. Et ce n’est pas grave on doit sortir du vieux cliché du gars qui n’a plus dormi depuis 3 jours et qui a une tête de déterré. Le rallye-raid a d’autres choses à offrir, en commençant par des images à couper le souffle ainsi qu’une vraie épreuve d’endurance, avec des drames et des rebondissements. Désolé de le dire, cette discipline a bien plus de chances de créer des histoires qu’une manche du WTCC par exemple. En fait, tous les ingrédients sont là pour créer un bon plat, mais il n’y a pas de chef pour le concocter !

Comme on vous le disait Jean Marc de mâche pas ses mots. Les institutions comme la FIA devraient s'en inspirer.

© 2019 by Open WorldWide - Tous droits réservés/todos los derechos reservados

Tout sur le Rallye raid
Photo Mag Merzouga.jpg