reglement,rallye,merzouga

Du changement prévu pour les sports mécaniques à Merzouga 

Depuis quelques années la région de Merzouga devait passer patrimoine de l'Unesco. Ce qui équivalait à la fin des sports mécaniques et des randonnées dans ce bel espace dunaire.

Aujourd'hui la région se prépare à un changement d’éco-durabilité avec des règles strictes. Cela s'adresse aux loueurs de véhicules tout terrain, aux organisateurs de rallyes et aux randonneurs. Les conditions à respecter pour l’obtention de l’autorisation de pratiquer les sports mécaniques comprend aussi bien le désert que les oasis et les montagnes relevant de la zone de Merzouga.

Voici les dires du Wali de la région :

"L’activité touristique à Merzouga fait face, actuellement, à des contraintes de sur-fréquentation et de sur-exploitation des ressources de l’environnement. Cette activité en croissance a généré des problèmes de chevauchement des activités de loisirs incompatibles". Ce qui est une réalité surtout avec une minorité d' organisateurs peu responsables. 


Si ce cahier des charges est confirmé, plus aucun quad, buggy et moto non immatriculé ne pourra plus circuler dans l’Erg Chebbi. Pour les loueurs et les organisateurs de rallye, seuls seront autorisés ceux qui sont en situation fiscale régulière et immatriculés au registre de commerce conformément à la législation en vigueur. Ils doivent également être affiliés à la CNSS et avoir souscrit régulièrement leurs déclarations de salaires auprès de cet organisme.  Ils devront utiliser des véhicules disposant de cartes grises, donc, homologués et immatriculés. Les demandeurs non installés au Maroc ont la possibilité de fournir l’équivalent des attestations requises au Maroc délivrées par les organismes compétents de leurs pays d’origine. Pour les particuliers ils devront demander ces autorisations avec une copie de leur identité les documents de régularité et de validité d’utilisation des engins qui seront utilisés, carte grise, police d’assurance et contrôle technique. Les amendes prévues devraient être sévères et iront jusqu'à l'exclusion du pays en cas de récidive.
 
Afin de payer les frais d’entretien, de balisage, de signalisation et surtout du nettoyage des sites, la région de Drâa-Tafilalet prévoit des redevances de 50 DH pour les quads et les motos et de 150 DH pour les autres véhicules. Ce qui est juste et abordable.


Un projet de cahier des charges concernant les bivouacs serait également à l'étude. Le terrain est parfois scandaleusement laissé comme un dépotoir. Les bivouacs génèrent une pollution avec les détritus brûlés, les détritus abandonnés sur place et très important, polluant la nappe phréatique. 

Si ce projet est confirmé il n'aura pas d'impact sur les organisateurs de rallyes comme le Carta ou le Rallye du Maroc. Cela permettrait de faire un tri nécessaire dans une zone sur-fréquentée. 

© 2020 by Open WorldWide

Tous droits réservés/Todos los derechos reservados

facebook,rallyeraidpassion.com
dailymotion,chaine tv,rallyeraidpassion.com
160511143151_instagram_nuevo_logo_640x36