SRT Racing et Century Racing un tandem à suivre

Ce tandem a réalisé une course magnifique jusqu'à l'avant dernière étape où les goujons d'une roue ce sont sectionnés. Problème certainement dû à une crevaison arrivée la veille, ayant affaibli les goujons ! 

En bagarre avec les pilotes chinois et un Jérome Pélichet au top de son pilotage, c'est la seconde place au classement général qui s'envole. Seul Nasser Al Atthiyah était intouchable avec son Toyota Hilux d'usine 4 roues motrices.

Le proto Century Racing vient de prouver son potentiel et sa fiabilité. De prochains essais, principalement avec BOS Suspensions vont faire de cette voiture une arme redoutable en 2 roues motrices.

Vivez la course Team SRT Racing par étape par étape avec leurs communiqués de presse

1ère étape

IRKOUTSK – LAC BAIKAL: 255,53 km - Spéciale: 50,87

Nouveau véhicule, conditions météos défavorables sur un parcours en pleine Taïga, comme annoncé hier, l'idée du jour était « d'assurer ». Cette première étape du SILK WAY 2019 offrait 50 km de pistes boueuses et bien glissantes, avec par moment quelques beaux trous d'eau. Mathieu Serradori et Fabian Lurquin ont pris leurs marques. Ils ont gagné en confiance avec le CR6 qui se révèle performant et ont terminé 6e sans trop se laisser distancer par la tête de la course. Al Attiyah avec son Toyota Hilux pointe à 4mn36s devant et Al Rajhi est à seulement 1mn27s.

« Nous sommes dans le bon tempo. Nous avions besoin de prendre nos repères avec le CR6. Nous avons joué la prudence pour ne pas abîmer l'auto. Ce soir le bivouac près du Lac Baïkal est tout simplement magnifique, nous allons bien préparer l'étape de demain, car pour nous, c'est là que tout commence. Cette fois-ci c'est une spéciale de 200 km qui nous attend, » analyse le pilote varois à l'arrivée de cette première étape.

De son côté Jean-Rémy Bergounhe accompagné de Jean Brucy ne s'est pas fait piéger et se classe 18e.

Demain direction la Bouriatie pour rejoindre Ulan-Ude. Au programme, des pistes cailloteuses avec passage d'un col. Gérer ses pneus sera le plus important sur cette spéciale tout en conservant un bon rythme. Un type de parcours assez nouveau pour notre team mais qui se révèle un défi séduisant.

3e étape

ULAN-UDE - ULAANBAATAR: 691,35 km - Spéciale: 243 km

Le CR6 a répondu aux attentes de Mathieu Serradori et Fabian Lurquin en ce troisième jour de course grâce aux derniers réglages effectués par le team. Aujourd'hui direction la Capitale de la Mongolie.

Une spéciale avec une nouvelle fois des paysages magnifiques et des pistes de qualité. Le duo SRT pensait reprendre un peu de temps sur leurs concurrents : « Nous avons vraiment bien roulé, je suis de plus en plus à l'aise avec l'auto. Mais nos concurrents chinois se sont révélés très forts. Nous allons analysé avec Fabian ce qui s'est passé, » constate Mathieu à l'arrivée.

Même incompréhension du côté du copilote belge. « J'ai commis une petite erreur de navigation mais cela n'explique pas que nous terminions 7e de cette spéciale. Demain je vais devoir donner le meilleur de moi-même sur la boucle de 470 km chronométrée. Nous sommes pour l'heure toujours dans le Top 5 au général mais nous avons le potentiel pour remonter sur nos deux homologues chinois. »

De son côté Jean-Rémy Bergounhe et Jean Brucy se classent dans le top 20 au général et ne se fait pas trop distancer.

Demain, lacs salés et rochers attendent nos 2 autos SRT avec surtout un terrain exigeant pour la navigation dans la 2e portion de la spéciale. Le CR6 devrait pouvoir exprimer tout son potentiel car il est annoncé que certains secteurs seront rapides. Le Serradori Racing Team va donc accélérer !

5e étape

ULAANBAATAR - MANDALGOVI: 364,59 km - Spéciale: 337 km

Mathieu Serradori et Fabian Lurquin sont enfin récompensés de leurs efforts et de leur patience. Notre pilote varois a vraiment roulé fort pour cette 5e étape bien accompagné par son navigateur Fabian Lurquin. Après la mésaventure d’hier, notre duo a pu profiter d’un CR6 très efficace, tant sur la motricité que la vitesse de pointe. Alors que notre équipage partait loin au classement, il n’a pas laissé la moindre chance aux 4 buggys SMG qu’il a dépassé aisément. «Nous n’avons jamais douté et aujourd’hui nous venons de prouver que nous avions raison de croire en ce véhicule. Il a fallu du temps mais c’est un vrai plaisir de le conduire. » confie Mathieu Serradori avec le sourire aux lèvres. Le résultat est là, une 2e place au scratch derrière Al Attiyah tout en laissant l’autre Hilux de Van Loon à 4mn32s derrière.

« Nous savions que nous devions trouver nos repères. Sans ce problème d’électronique, nous serions sur le podium au général. Nous allons continuer à donner le maximum pour se rapprocher au plus près des premiers et surtout faire des étapes abouties. Nous en sommes capables, » complète Fabian Lurquin.

Le Buggy SRT pour sa part, se montre d’une régularité exemplaire. En effet Jean-Rémy Bergounhe et Jean Brucy ont conservé leur 14e place au général en réalisant une course sérieuse lors de cette 5e étape.

Tous les voyants sont donc au vert chez SRT. En parallèle de la course, l’accueil du peuple mongole, notamment les enfants, est très apprécié par toute l’équipe.

8e étape

BAYINBAOLIGE - ALASHAN : 785,11 km - Spéciale: 326,6 km

Il voulait venir perturber le trio de tête et sans une crevaison il était dans les mêmes temps que le leader incontesté, Nasser Al Attiyah avec ses 7 victoires consécutives. Mathieu Serradori a montré sur cette première étape chinoise du SILK WAY qu'il est dans le rythme des meilleurs. Face aux deux Hilux, le CR6 a accéléré dans le sable des grandes dunes. Alors que notre pilote varois faisait jeu égal avec eux, c'est une crevaison lente qui allait casser cette belle dynamique. « Nous avons perdu 4 minutes le temps de changer la roue. C'est vraiment dommage car Fabian et moi, nous avons vraiment sorti une très belle spéciale, tant au niveau du pilotage que de la navigation. C'était certainement l'une des étapes les plus abouties et toujours dans des paysages magnifiques, » souligne Mathieu Serradori à son arrivée au bivouac.

Au final, c'est encore une belle 3e place au scratch derrière Van Loon. L'équipage 203 remonte au général et se classe 6e à deux jours de la fin. « Nous sommes à seulement 3 minutes du 5e. Il faut aller le chercher et le 4e aussi. Nous roulons vite et propre. Demain la fin de la spéciale propose une partie très abîmée à nous de tirer notre épingle du jeu sur ce secteur par rapport à nos adversaires. Nous sommes toujours aussi déterminés et jusqu'au dernier jour nous ne lâcherons rien, » affirme le navigateur belge.

9e étape

ALASHAN - JIAYUGUAN: 501 km - Spéciale: 290,30 km

Mathieu Serradori et Fabian Lurquin avaient à cœur d'intégrer le TOP 5 à la veille de l'arrivée du SILK WAY 2019. Le pilote varois proposait certainement une de ses plus belles prestations en pilotage au début de la spéciale maîtrisant de mieux en mieux son CR6. « Nous étions dans une super dynamique. Nous savions que nous avions le potentiel pour rattraper un ou deux de nos adversaires au général. Nous étions en train de revenir sur Van Loon à 50 km de la fin de la spéciale lorsque nous avons perdu une roue. Impossible de repartir, » expliquait le navigateur belge, forcément déçu de n'avoir pu aller au bout de cette épreuve. Cette 9e peut laisser un goût amer au SRT et pourtant de nombreuses satisfactions sont à retenir. « Nous avons pris la mesure de la puissance de cette auto et avec encore quelques réglages nous aurons un véhicule qui nous permettra de franchir un cap et de s'approcher des références de la discipline. Mon pilotage a évolué avec cette machine et notre tandem avec Fabian se révèle de plus en plus fort. Enfin le Serradori Racing Team avait deux équipages engagés et ce que font Jean-Rémy et Jean est exceptionnel ! » confiait Mathieu. En effet si les événements de course n'ont pas été en faveur du duo Serradori/Lurquin, en revanche tout a roulé pour l'équipage Bergounhe/Brucy. Jean-Rémy découvrait une vraie auto de rallye-raid, un nouveau copilote, le SILK WAY...et son parcours va au-delà des espérances du team. « Il a roulé très propre, les deux épreuves de dunes se révélaient assez techniques et il ne s'est pas tanké une seule fois. Sa régularité paie, » reconnaissait Fabian Lurquin. Il signait aujourd'hui son meilleur résultat avec une magnifique 6e place au scratch. Il est 9e au général.

2ème étape

LAC BAIKAL - ULAN-UDE: 413,63 km - Spéciale: 212,02 km

Encore un terrain humide et cassant pour ce deuxième jour de compétition. Mathieu Serradori et Fabian Lurquin en ont profité pour apprivoiser leur nouvelle monture (CR6 de Century Racing). « Nous y allons en douceur. Peu de roulage depuis le Dakar, la découverte d'une nouvelle voiture et un parcours bien loin de nos habitudes... nous avons pris les choses avec calme, » souligne Fabian Lurquin qui pour l'instant n'a pas connu une navigation très difficile. « Nous avons été contraints jusqu'au km 75 de temporiser car il y avait encore beaucoup de boue. Mais sur le dernier secteur de la spéciale, le tracé était bien plus roulant et nous avons repris du temps sur nos concurrents, » poursuit Mathieu Serradori. Au final, le pilote varois termine 4e et reste en embuscade car Al Rajhi s'est fait piéger aujourd'hui.

« A partir de demain nous allons rentrer dans le vif du sujet. L'étape correspond plus à notre profil et dans deux jours la navigation s'intensifiera. Cette édition 2019 évolue crescendo, nous suivons le rythme. Notre but est de monter en puissance au fil de la course, » conclut le copilote belge.

Jean-Rémy Bergounhe, quant à lui, s'en sort plutôt bien en ce début de SILK WAY.. « Je m'entends très bien avec Jean, mon copilote, et l'ambiance au sein du team SRT est géniale. Je me régale de piloter ce buggy. Encore quelques réglages et je pourrai remonter quelques places au classement. » Demain, les deux SRT prendront de l'altitude pour la 3e étape.

4e étape

ULAANBAATAR: 476 km - Spéciale: 470 km

Le Serradori Racing Team a des ressources. Quand le CR6 de Mathieu Serradori et Fabian Lurquin subit des soucis électroniques à mi-parcours de la spéciale, Jean-Rémy Bergounhe et Jean Brucy réalise une véritable remontada avec une étape parfaite.

Tout avait pourtant bien commencé pour notre duo phare du SRT. Mathieu Serradori réalisait un début de course idéal alors qu'il partait 12e. Jusqu'à mi-parcours il revenait au fur et à mesure sur ses concurrents avec même Han Wei en ligne de mire. Mais un souci électronique allait réduire à néant les efforts de notre équipage. « Nous n'avancions plus. Nous pouvons nous estimer chanceux d'avoir pu finir cette 4e étape. Le véhicule est en développement, cela fait partie du jeu. La bonne nouvelle est que ce matin nous étions dans le bon tempo. Nous avons perdu beaucoup de temps aujourd'hui mais nous restons positifs. Nous allons faire le nécessaire ce soir pour remettre le CR6 dans de bonnes conditions. Nous gardons une détermination à toute épreuve ! » souligne Mathieu Serradori à l'issue de la journée.

Pour Jean-Rémy Bergounhe et Jean Brucy en revanche, cette boucle autour de la capitale mongole fut une référence. « Nous avons conservé un bon rythme durant les 470 km. Nous avons roulé « propre ». Je suis très satisfait du comportement du véhicule et de la complémentarité avec Jean. » Une évolution qui se traduit dans les résultats avec une 12e place au scratch et une 14e au classement général.

6e étape

MANDALGOVI - DALANZADGAD: 411,75 km - Spéciale: 408,17 km

Ce SILK WAY 2019 est sans nul doute un nouveau cap pour le duo Serradori/Lurquin. A la différence des professionnels qui enchaînent les courses pour engendrer de l'expérience et des automatismes, Mathieu et Fabian sont arrivés en Russie 6 mois après le Dakar et avec une nouvelle voiture. Le développement du CR6 en ce début de compétition a permis à notre équipage d'améliorer leur complicité.

« Matt et moi nous repoussons chaque jour nos limites. Les points où nous préférions rester prudents se font de plus en plus rares. Son pilotage se bonifie de jour en jour, nous sommes à l'écoute l'un de l'autre et nous travaillons dans le moindre détail pour ganger du temps dans chaque secteur. Notre lecture du road book devient plus poussée. Avec un véhicule plus performant, à nous aussi d'élever notre niveau, » analyse Fabian.

Aujourd'hui la spéciale a perdu et déstabilisé plus d'un concurrent. Même Nasser Al Attiyah et Matthieu Baumel, intouchables jusqu'ici se sont fait piéger.

Il faut dire que l'étape du jour s'est réalisée en deux parties.

En effet suite à une forte dégradation de la piste, la Direction de course a coupé le secteur sélectif en deux.

Sur le premier tronçon c'est bien le n°203, Serradori/Lurquin qui pointait en tête devant Al Attiyah/Baumel. Mais après le « re-start » toutes les cartes ont été redistribuées, seul Krotov trouvait le bon cap. « Il était très difficile de s'y retrouver. Mon erreur vient du fait que nous aurions du faire demi-tour pour perdre moins de temps, » poursuit notre navigateur. Alors que le Russe filait vers une première victoire d'étape, il devait faire face à une crevaison. Al Attiyah – Van Loon – Serradori, voici le trio gagnant de cette dernière spéciale mongole avant de rejoindre la Chine.

« Nous terminons 10 secondes derrière Van Loon. La bonne nouvelle c'est que nous réintégrons le top 10 au général et nous allons tout faire pour entrer dans le top 5. Nous avons la détermination et notre complicité n'a jamais été aussi forte avec Mathieu. Je prends vraiment du plaisir à bord du CR6 avec lui.»

Le deuxième équipage SRT pour une découverte du SILK WAY profite de la bonne dynamique de l'équipe pour se libérer au fil des étapes. Encore une très belle 12e place aujourd'hui avec peu de temps concédé et un classement général qui place Jean-Rémy Bergounhe et Jean Brucy au 13e rang. Appliqué et très à l'écoute des conseils de Mathieu pour le pilotage et son navigateur Jean Brucy, Jean-Rémy semble s'épanouir au volant du Buggy SRT.

Pas de fausse note et un seul objectif en tête : Passer la ligne d'arrivée tout en se faisant plaisir.

Le Serradori Racing Team évolue, grandit mais en conservant cet esprit convivial et familial. Unis dans l'adversité et heureux de la réussite des uns et des autres, tous les membres du team sont à l'image de l'association LEO : Ne jamais rien lâcher !

10e étape

JIAYUGUAN - DUNHUANG: 556,66 km - Spéciale: 255 km

Pour Mathieu Serradori et Fabian Lurquin, cette dernière étape se résume par «esprit d'équipe ». En effet, suite à la perte de leur roue hier qui a entraîné de lourdes pénalités, il n'y avait plus rien à jouer au général. Oui, mais le Serradori Racing Team c'est une équipe et deux équipages. Jean-Rémy Bergounhe et Jean Brucy avaient à cœur de conserver leur très belle 9e place au général. Ainsi le CR6 est resté à proximité du Buggy SRT afin de s'assurer qu'il passe sans souci la ligne d'arrivée. « C'était une belle manière de finir ce SILK WAY. Nous avons montré notre combativité tout au long de la course et notre capacité de réagir après les coups durs, » analyse le navigateur belge. Le SRT c'est aussi une équipe de mécanos disponible et qui met tout en œuvre durant la nuit pour que les autos soient fin prêtes pour le départ de la spéciale. « Les garçons ont encore fait un super travail hier, ils tenaient à ce que nous puissions faire cette dernière étape dans de bonnes conditions, » reconnaît Mathieu Serradori. Ces 10 jours entre la Russie et la Chine sont riches en enseignement. La plus grande satisfaction est sans nul doute l'intégration du duo Bergounhe/Brucy avec en prime leur résultat exceptionnel sur le Buggy SRT. D'autre part, le niveau de Mathieu et Fabian se confirme à la vue des classements de spéciales lorsqu'aucun problème technique ne vient les perturber. « Nous avions une nouvelle fois la capacité d'être sur le podium. Après nous savions que notre CR6 était en développement et qu'il nous fallait du temps pour le découvrir. Nous pouvons encore repousser nos limites avec cet engin. Nous allons travailler dessus et nous reviendrons plus forts sur notre prochain défi. »

© 2019 by Open WorldWide - Tous droits réservés/todos los derechos reservados

Tout sur le Rallye raid
Photo Mag Merzouga.jpg